Mémoire sociale : l’ancienne bourse du travail, rue Pelloutier à Toulon

En flânant dans les ruelles du vieux Toulon, on tombe inévitablement sur le bâtiment qui a hébergé l’ancienne bourse du travail. À propos de l’une des plaques apposées sur le bâtiment (celle indiquant le nom de la rue), il y a une petite erreur. En effet, Pelloutier se prénommait Fernand… et non Ferdinand ! Quoiqu’il en soit, cette rue ne porte pas le nom de Pelloutier par hasard car ce militant syndicaliste révolutionnaire, né en 1867 et mort en 1901, est une des grandes figures du mouvement ouvrier au XIXe siècle. Continuer de lire Mémoire sociale : l’ancienne bourse du travail, rue Pelloutier à Toulon

Mémoire sociale : « Ch’Brrr… » (1998 – 2012), un bulletin pour le réchauffement des luttes sociales dans le Nord Pas-de-Calais

En septembre 1998, dans un n° 0 gratuit de quatre pages, la CNT 59/62 annonçait le lancement d’un journal d’info, de réflexion et de combat syndical surnommé « Le B.R. (Ch’Brrr…), bulletin régional pour un réchauffement des luttes sociales ! ». De janvier 1999 à décembre 2003, ce magazine est publié tous les trimestres (soit seize numéros en cinq ans). Les années suivantes, la parution devient irrégulière : un numéro en 2004, un en 2005, deux en 2006, un en 2007, deux en 2008, un en 2009, un en 2010, aucun en 2011 et un (le dernier) en 2012. Avec une pagination moyenne de 24 pages, les trente numéros de « Ch’Brrr… » sont un reflet intéressant des activités et réflexions menées par la CNT Nord Pas-de-Calais durant la période concernée. Au menu : comptes rendus de luttes (syndicales, écologiques, antifascistes, féministes, antiracistes…), droits des salarié·es et des travailleurs·ses privé·es d’emploi, présentation de conférences et de projections débats, appels à la mobilisation, fiches de lecture, mémoire sociale, pédagogies émancipatrices, cultures alternatives, billets d’humeur, antimilitarisme, internationalisme, droit au logement, portraits de militant·es (et de patrons !), etc. Personnellement, j’ai participé activement à la rédaction, au maquettage, à l’impression, à l’expédition et à l’administration de ce bulletin… et j’en garde un excellent souvenir (même si en 1987 j’ai quitté la CNT pour rejoindre SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires) ! Continuer de lire Mémoire sociale : « Ch’Brrr… » (1998 – 2012), un bulletin pour le réchauffement des luttes sociales dans le Nord Pas-de-Calais

Parution du n° 1 de « Fragments », revue de littérature prolétarienne

À l’occasion de la parution de son premier numéro, la revue Fragments – réalisée par le Cercle culturel de littérature ouvrière, paysanne et sociale – rend hommage à Michel Ragon (1924-2020), écrivain, critique d’art, libertaire, historien de l’architecture et de la littérature prolétarienne. Continuer de lire Parution du n° 1 de « Fragments », revue de littérature prolétarienne

« Libertat » : un magnifique chant de lutte, véritable cri d’amour pour la liberté

« Libertat » est une chanson révolutionnaire écrite en occitan (dans sa variante provençale et marseillaise). Elle se range clairement dans le camp des « meurt-de-faim », de « ceux qui n’ont pas de chemise », « des sans-pain, des sans-lit, des gueux qui vont sans souliers ». D’après les historiens, elle fait référence à la « Commune de Marseille », mouvement insurrectionnel, socialiste et fédéraliste réprimé dans le sang par un général « versaillais » le 5 avril 1871. Les paroles sont publiées pour la première fois en 1892 dans « La Sartan » (journal marseillais entièrement rédigé en langue d’oc) sous le titre « Cançon de nèrvi » (pour info, le mot nèrvi a trois sens possibles : nerf, vigueur ou voyou). Elles sont dédiées à l’instituteur, écrivain, historien et socialiste proudhonien Pèire Bertas. Le texte est signé J. Clozel, nom qui selon le site « Remenbrança » serait le pseudonyme du poète et critique d’art Joachim Gasquet. Plusieurs dizaines d’années après, le texte publié par « La Sartan » est exhumé par le journaliste, chercheur et écrivain marseillais Claude Barsotti. En 2010, il est mis en musique par Manu Théron de la « Compagnie Lamparo ». En 2012, la chanson, interprétée a capella, figure sur l’album « Marcha ! » du groupe marseillais de polyphonies masculines « Lo Còr de la Plana ». Depuis cette date, elle est reprise régulièrement par différents artistes professionnels ainsi que par de nombreuses chorales militantes. Viva la libertat ! Viva la Comuna de Marselha ! Viva lei revolucions socialas dau monde ! Continuer de lire « Libertat » : un magnifique chant de lutte, véritable cri d’amour pour la liberté

Martha Desrumaux : de Comines à Évenos au service de la classe ouvrière

Le 7 juillet 2020, à l’occasion de mon départ à la retraite, j’ai déménagé de Hem (département du Nord) à Ollioules (département du Var). Quelques jours après, Alain – l’un de mes nouveaux et sympathiques voisins, par ailleurs membre de l’Institut d’histoire sociale de la CGT 83 – m’a appris que j’habitais désormais à 5 km d‘Évenos, le village dans lequel la militante nordiste Martha Desrumaux a vécu les 10 dernières années de sa vie. Même si je ne partage pas l’engagement partidaire de cette figure du mouvement ouvrier (car, en tant que syndicaliste révolutionnaire et communiste libertaire, j’ai toujours été très critique vis-à-vis du PCF), j’admire les combats syndicaux, féministes et antifascistes qui ont été les siens. D’où cette publication ! Continuer de lire Martha Desrumaux : de Comines à Évenos au service de la classe ouvrière

Cap au sud !

Après 59 ans passés dans le département du Nord, me voici en Provence entre Marseille et Toulon, sur le tracé du GR 51, à deux pas d’un oppidum celto-ligure, à quelques encablures des îles d’or et à 32 km de l’Éden-Théâtre (plus vieille salle de cinéma en activité dans le monde) ! La Provence, une région que j’ai découverte quand j’étais minot en lisant « Les lettres de mon moulin » et dont j’ai appris au fil du temps à découvrir les multiples facettes, de Cézanne à Guédiguian en passant par Jean-Claude Izzo et la lutte des travailleurs/euses de Fralib, aujourd’hui Scop-Ti (pour ne citer que ces quelques exemples). Continuer de lire Cap au sud !

Chanson : « Pardon si vous avez mal à l’Espagne » (juillet 1936)

Une chanson dédiée aux militants et militantes de la « Confederación », c’est-à-dire la Confédération nationale du travail, le syndicat espagnol qui à partir du 19 juillet 1936 (suite au putsch du général Franco soutenu par la droite réactionnaire, les industriels, les grands propriétaires terriens et l’Église catholique) fut le fer de lance de la résistance antifasciste et qui expérimenta dans la foulée, pendant plus d’un an, une société fondée sur les principes du communisme libertaire. Continuer de lire Chanson : « Pardon si vous avez mal à l’Espagne » (juillet 1936)

Présentation de la Maison du Peuple « La Fraternelle » (Saint-Claude)

Il y a quelque temps, je me suis rendu à Saint-Claude dans le département du Jura. J’y ai visité la Maison du Peuple « La Fraternelle » située dans le centre-ville (12 rue de la Poyat). Cela m’a permis de comparer cette coopérative ouvrière, son histoire et ce qu’elle est devenue avec deux autres lieux du même type : le « Vooruit » de Gand et la « Coopérative de l’Union » à Lille. Concernant La Fraternelle, vous trouverez dans cet article de larges extraits du texte de présentation figurant sur son site site internet. Continuer de lire Présentation de la Maison du Peuple « La Fraternelle » (Saint-Claude)

Belgique : à la découverte du patrimoine ouvrier de Gand

Fin mai, je me suis rendu à Gand (Gent), chef-lieu de la province belge de Flandre-Orientale. J’y ai découvert deux bâtiments emblématiques du mouvement ouvrier du début du XXe siècle : le Feestlokaal Vooruit (qu’on peut traduire par Palais des fêtes En avant) et la Ons Huis (qu’on peut traduire par Maison du Peuple). Ces deux édifices, parfaitement conservés, ont une grande valeur architecturale et symbolique. Continuer de lire Belgique : à la découverte du patrimoine ouvrier de Gand

Conférence à l’occasion du 70e anniversaire de la grande grève des mineurs de 1948

Communiqué de la Médiathèque-estaminet de Grenay : Le 4 octobre 1948, consultée par voie de référendum, la corporation minière décidait, à une écrasante majorité, le principe d’une grève pour protester contre les décrets Lacoste attentatoires au statut des mineurs. Elle durera sept semaines ! Au pouvoir, la social-démocratie se lance dans une répression sans précédent. Jules Moch, le ministre de l’Intérieur, fait occuper les cités … Continuer de lire Conférence à l’occasion du 70e anniversaire de la grande grève des mineurs de 1948

Il y a 100 ans débutait la Makhnovchtchina

Il y a 100 ans (septembre 1918), dans une grande partie de l’Ukraine, débutait la Makhnovtchina, un mouvement révolutionnaire qui – parallèlement à la mise en place d’une société égalitaire et autogestionnaire – lutta à la fois contre les troupes d’occupation austro-allemandes, contre les nationalistes ukrainiens, contre les partisans de la Russie impériale (les blancs) et contre les bolchéviques au pouvoir à Moscou (les rouges). … Continuer de lire Il y a 100 ans débutait la Makhnovchtchina

En souvenir des conseils ouvriers italiens de 1920

De passage à Turin, je suis allé faire un tour sur l’ancien site industriel du Lingotto, là où en 1920 les ouvriers de Fiat ont autogéré leur entreprise pendant plusieurs semaines. Petit rappel des faits concernant cet épisode de l’histoire ouvrière : Le 21 août 1920, l’Unione Sindacale Italiana (USI) et le secteur métallurgique de la Confederazione Generale del Lavoro (CGL) appellent à une grève … Continuer de lire En souvenir des conseils ouvriers italiens de 1920

Paris, 21 mai 1871 : début de la « semaine sanglante »

La « semaine sanglante » est l’épisode de répression qui mit fin à la Commune de Paris (période insurrectionnelle de l’histoire de Paris qui au printemps 1871 ébaucha pour la ville une organisation proche de l’autogestion). Du 21 au 28 mai 1871, 30 000 parisien·ne·s sont fusillé·es sans jugement par les Versaillais (nom donné à l’armée répondant aux ordres du gouvernement français qui siégeait alors à Versailles … Continuer de lire Paris, 21 mai 1871 : début de la « semaine sanglante »

Mai 68, ce n’était qu’un début…

Le 7e numéro des Utopiques (cahiers de réflexion publiés par l’Union syndicale Solidaires) est consacré à Mai 68. Au sommaire, un article de Jacques Kergoat (« Sous les pavés, la grève ») qui vient rappeler que Mai 68 a été avant tout une grève ouvrière exceptionnelle. Écho d’une préoccupation bien actuelle, le texte s’attache à voir pourquoi et comment la grève du 13 mai est devenu une grève … Continuer de lire Mai 68, ce n’était qu’un début…