Hommage à Jules Mousseron (poète mineur) et à l’un de ses personnages, Cafougnette

Un article paru dans le n°5 (automne 2022) de Fragments – revue de littérature prolétarienne éditée par le Cercle culturel de littérature ouvrière, paysanne et sociale – a retenu toute mon attention et éveillé en moi quelques souvenirs d’enfance. Cet article de Fragments est consacré à Jules Mousseron (1868-1943), mineur de fond à la Compagnie des mines d’Anzin (près de Valenciennes dans le Hainaut) et poète de langue picarde particulièrement connu pour avoir créé le personnage populaire, baratineur et frondeur de Cafougnette, mineur de fond à Denain. À l’instar de Christian Lemoine (l’auteur de l’article paru dans Fragments), les histoires de Cafougnette ont bercé mes jeunes années. Par forcément sous la forme des 60 textes rimés que Jules Mousseron a écrit de 1896 à 1943, mais plutôt sous la forme de blagues racontées en français (ou en picard fortement francisé) à partir des textes de Mousseron ou, le plus souvent, inventées de toutes pièces. Dans ma prime enfance, Cafougnette est donc l’équivalent de personnages comme Toto, Marius ou Tartarin de Tarascon. Mais, selon les gens qui les racontaient, ces blagues pouvaient avoir, comme les textes de Mousseron, une autre fonction que celle de faire rire : celle de faire réfléchir ! Continuer de lire Hommage à Jules Mousseron (poète mineur) et à l’un de ses personnages, Cafougnette

Collapso-Rhapsodie : un roman d’anticipation post civilisation industrielle

Texte de présentation figurant au dos de la couverture du livre : La France est dévastée. L’État a disparu. Pauline et Benoît errent sur les routes après l’effondrement. Jeunes citadins bien insérés dans la société, rien ne les a préparés à la survie dans la nature, malgré leurs convictions écologistes. Le hasard les pousse vers ces deux « experts » qui résident en Ardèche. À leur contact, un autre monde s’écrit, se vit et se pense pour que rien ne soit plus comme avant. Zapatistes, futuristes, autonomistes, sexe, art, politique… ce premier roman est une réflexion profonde sur le monde qui nous entoure et une ébauche de celui de demain. Continuer de lire Collapso-Rhapsodie : un roman d’anticipation post civilisation industrielle

Rencontre avec François Bégaudeau le 25 mai à la librairie « Contrebandes » (Toulon)

Mercredi 25 mai à 18h30 à la librairie « Contrebandes » (Toulon), rendez-vous avec François Bégaudeau, écrivain, critique littéraire, scénariste, acteur, réalisateur et observateur affûté des rapports de domination à l’œuvre dans la société contemporaine. Discussion au gré des envies à partir de ses dernières publications : « Comment s’occuper un dimanche d’élection » (essai sur le système représentatif et la démocratie, publié chez Divergences en 2022), « Ma cruauté » (roman sur les violences faites aux femmes et sur le rouleau-compresseur des réseaux numériques, publié chez Verticales en 2022) et « Notre joie » (essai sur les fausses connivences idéologiques et la puissance affirmative de l’autonomie, publié chez Pauvert en 2021). Continuer de lire Rencontre avec François Bégaudeau le 25 mai à la librairie « Contrebandes » (Toulon)

Il était une fois sur la colline de la Courtine…

Télo est brune, vive et de petite taille. Elle fait partie du peuple celto-ligure des Salyens et plus précisément de la tribu des Camatulliques. Ce soir, elle a ressenti le besoin de marcher un peu et de s’isoler. Alors, au lieu d’aller remplir sa cruche à l’un des deux puits situés dans l’enceinte du village, Télo a préféré utiliser celui qui a été foré à l’extérieur, juste derrière le côté est du mur d’enceinte, entre l’une des deux carrières du village et le bastion du levant. Si elle avait pu, elle serait descendue en bas de la colline, sur le versant ouest ; là où coule une source dont l’eau, toujours abondante, se jette ensuite dans la Reppe ; là où elle est née douze ans plus tôt ; là où sa mère l’a prénommée Télo en hommage à la déesse celto-ligure des sources. Mais le village se trouve au sommet d’une colline à 885 pieds d’altitude. Quant au sentier le plus court menant à la source, il est escarpé, rocailleux et envahi de ronces. Télo a beau être agile et vigoureuse […] Continuer de lire Il était une fois sur la colline de la Courtine…

Conte rouge et noir rédigé à 4 mains sur internet dans la soirée du 25 décembre 2002

Je viens de retrouver dans le dossier « archives » de mon ordinateur une succession de messages que se sont échangés il y a dix-neuf ans, un soir de Noël, quatre militant·es syndicalistes sur une liste internet de la Confédération nationale du travail (CNT). Cette écriture collective – non aboutie et à laquelle j’ai modestement participé – était totalement spontanée et n’avait pas d’autre intention que celle de passer un bon moment. Continuer de lire Conte rouge et noir rédigé à 4 mains sur internet dans la soirée du 25 décembre 2002

Zola et « Germinal » : la vision d’un faux-frère

Une adaptation télévisuelle du roman « Germinal » d’Émile Zola a été réalisée cette année par David Hourrègue. Sortie sur la plateforme Salto le 1er septembre sous la forme de six épisodes de 52 minutes chacun, cette mini-série sera diffusée sur France 2 à partir du 26 octobre. L’occasion de relire la critique écrite par mon ami et camarade lillois Joao-Manuel Gama à l’occasion de la sortie en 1993 de l’adaptation cinématographique réalisée par Claude Berri… Continuer de lire Zola et « Germinal » : la vision d’un faux-frère

Parution du n° 1 de « Fragments », revue de littérature prolétarienne

À l’occasion de la parution de son premier numéro, la revue Fragments – réalisée par le Cercle culturel de littérature ouvrière, paysanne et sociale – rend hommage à Michel Ragon (1924-2020), écrivain, critique d’art, libertaire, historien de l’architecture et de la littérature prolétarienne. Continuer de lire Parution du n° 1 de « Fragments », revue de littérature prolétarienne

« L’ARBRE-MONDE » : un merveilleux roman pour les amoureux/ses des bois et des forêts

À celles et ceux qui comme moi aiment les arbres, les bois et les forêts, je recommande la lecture de L’ARBRE-MONDE de Richard Powers. Difficile de résumer ce livre qui l’année dernière a obtenu le Prix Pulitzer de la fiction et qui nous raconte l’histoire de neuf personnages (six individus et un couple) s’engageant au fil des pages dans le combat écologique (chacun/chacune à leur manière, puis ensemble pour celles et ceux dont les destins vont se croiser). Un roman feuillu et arborescent composé de quatre parties métaphoriquement intitulées « Racines », « Tronc », « Cime » et « Graines ». Une fiction pleine de références scientifiques (sur la façon notamment dont les arbres communiquent) et qui nous invite à la rencontre du monde végétal, avec un ton parfois un peu amer à l’image de cette citation : « Un arbre est une créature miraculeuse qui abrite, nourrit et protège tous les êtres vivants. Il offre même de l’ombre aux bourreaux qui l’abattent ». Continuer de lire « L’ARBRE-MONDE » : un merveilleux roman pour les amoureux/ses des bois et des forêts

Sur la tombe d’Albert Camus

De passage dans le Vaucluse, une amie provençale m’a emmené à Lourmarin sur la tombe toute simple mais très émouvante d’Albert Camus. L’occasion de redécouvrir – via une recherche rapide sur internet – la sensibilité libertaire de cet écrivain, philosophe, dramaturge et journaliste français. Ci-après un extrait du dossier de presse diffusé lors de la parution du livre « Albert Camus et les libertaires » (éditions Égrégore, 2008). Continuer de lire Sur la tombe d’Albert Camus

Ateliers d’écriture en picard

Dans le cadre de la préparation du Prix de littérature en picard, l’Agence régionale de la langue picarde propose à tous et toutes, débutant·es ou confirmé·es, un atelier d’écriture qui abordera les questions suivantes : quelles graphies adopter, quels sont les outils existants (dictionnaire, lexiques, méthodes), quelles variétés utiliser, comment traduire les termes abstraits, quelles sont les difficultés propres à la langue, etc. Rendez-vous vendredi … Continuer de lire Ateliers d’écriture en picard