Georges Brassens : « une philosophie de vie teintée d’humanisme et de révolte »

Cette année, et particulièrement ce mois d’octobre, a marqué le centenaire de la naissance de Georges Brassens. Comme beaucoup d’entre vous je suppose, cet artiste m’a profondément marqué (et ce, dès mon enfance). Ne pas l’évoquer ici était donc impossible ; d’où ce petit article ! Mais quelle chanson choisir pour illustrer ma publication ? « Le gorille » ? (que je sifflotais à la fin des années 1970 lorsque que je collais à Valenciennes des affiches de la FA contre la peine de mort). « La non-demande en mariage » ? (au son de laquelle je me suis marié 😉 en 1996 à Lille grâce à la perspicacité d’une adjointe au maire, Véronique David, qui connaissait les convictions profondes de ma compagne, Véronique Marchand, et de moi-même concernant l’institution du mariage). De « La mauvaise réputation » à « Stances à un cambrioleur » en passant par « Le Blason »… la liste des chansons que j’adore est longue. Finalement, j’ai choisi « La complainte des filles de joie » car l’utilisation par certaines personnes (y-compris dans les milieux militants) de l’expression « fils de pute » pour insulter leurs ennemis m’a toujours énervé. Comme le chante Brassens : « Il s’en fallait de peu, mon cher, que cette putain ne fût ta mère » ! Continuer de lire Georges Brassens : « une philosophie de vie teintée d’humanisme et de révolte »

Petite vidéo du rassemblement « Pèr que viscon nòsti lengo » organisé à Toulon

Le 29 mai 2021 a eu lieu à Toulon un rassemblement dans le cadre de la mobilisation « Pour que vivent nos langues » destinée à contester la politique linguicide du ministre de l’Éducation nationale et la décision du Conseil constitutionnel de juger anticonstitutionnel l’enseignement par immersion des langues régionales. Pour la vidéo que j’ai réalisée à cette occasion, j’ai choisi de mettre en exergue l’une des chansons interprétées en provençal par les manifestant·es. Il s’agit de « L’estaca », une chanson écrite à l’origine en catalan par Lluís Llach pendant la dictature du général espagnol Francisco Franco, puis devenue un symbole universel de lutte pour la liberté. La chanson est construite à partir d’une métaphore – celle d’un pieu (estaca en catalan) auxquels les êtres humains sont attachés et qu’il s’agit de faire tomber en tirant sur une corde – et à partir du dialogue entre le narrateur et un grand-père. Plusieurs idées sont mises en avant : la nécessité de s’unir pour être plus fort, les efforts et la persévérance que requièrent toute lutte, l’importance de transmettre le flambeau aux jeunes générations. Continuer de lire Petite vidéo du rassemblement « Pèr que viscon nòsti lengo » organisé à Toulon

Prise de parole du Collectif d’actions et de luttes lors du rassemblement du 28/11 à Toulon pour la défense des libertés publiques

Samedi 28 novembre à Toulon, 400 personnes se sont rassemblées pour protester contre la loi dite de « sécurité globale ». Plusieurs prises de parole ont été faites sur le parvis du théâtre. Parmi ces prises de parole, voici celle du Collectif d’actions et de luttes du Var (CAL 83), groupe informel composé de citoyen·nes varois·es, de syndiqué·es et de gilets jaunes travaillant à une convergence des luttes. Continuer de lire Prise de parole du Collectif d’actions et de luttes lors du rassemblement du 28/11 à Toulon pour la défense des libertés publiques

Contre la loi dite de « sécurité globale », défendons la liberté de manifester !

Du 17 au 20 novembre, l’Assemblée nationale est appelée à examiner la proposition de loi dite de « sécurité globale », soutenue par les députés de la majorité. Si une telle loi entrait en vigueur en l’état, elle constituerait une grave atteinte au droit à l’information, au respect de la vie privée, et à la liberté de réunion pacifique, trois conditions pourtant essentielles au droit à la liberté d’expression. Entretien vidéo avec l’avocat de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) sur la dangerosité de l’article 24, lien vers une analyse d’Amnesty International, lien vers la lettre publiée par 55 organisations pour s’opposer à la proposition de loi, lien vers la page facebook de la coordination nationale « Non à la loi Sécurité globale », lien vers une tribune initiée par la Société des réalisateurs de films (SRF), soutenue par 40 organisations et collectifs et signée par plus de 800 cinéastes et professionnel·le·s du cinéma et de l’image. Continuer de lire Contre la loi dite de « sécurité globale », défendons la liberté de manifester !

« Libertat » : un magnifique chant de lutte, véritable cri d’amour pour la liberté

« Libertat » est une chanson révolutionnaire écrite en occitan (dans sa variante provençale et marseillaise). Elle se range clairement dans le camp des « meurt-de-faim », de « ceux qui n’ont pas de chemise », « des sans-pain, des sans-lit, des gueux qui vont sans souliers ». D’après les historiens, elle fait référence à la « Commune de Marseille », mouvement insurrectionnel, socialiste et fédéraliste réprimé dans le sang par un général « versaillais » le 5 avril 1871. Les paroles sont publiées pour la première fois en 1892 dans « La Sartan » (journal marseillais entièrement rédigé en langue d’oc) sous le titre « Cançon de nèrvi » (pour info, le mot nèrvi a trois sens possibles : nerf, vigueur ou voyou). Elles sont dédiées à l’instituteur, écrivain, historien et socialiste proudhonien Pèire Bertas. Le texte est signé J. Clozel, nom qui selon le site « Remenbrança » serait le pseudonyme du poète et critique d’art Joachim Gasquet. Plusieurs dizaines d’années après, le texte publié par « La Sartan » est exhumé par le journaliste, chercheur et écrivain marseillais Claude Barsotti. En 2010, il est mis en musique par Manu Théron de la « Compagnie du Lamparo ». En 2012, la chanson, interprétée a capella, figure sur l’album « Marcha ! » du groupe marseillais de polyphonies masculines « Lo Còr de la Plana ». Depuis cette date, elle est reprise régulièrement par différents artistes professionnels ainsi que par de nombreuses chorales militantes. Viva la libertat ! Viva la Comuna de Marselha ! Viva lei revolucions socialas dau monde ! Continuer de lire « Libertat » : un magnifique chant de lutte, véritable cri d’amour pour la liberté

Première manif dans le sud !

Le 17 septembre, c’était la première fois que je manifestais à Toulon. Comme partout ce jour-là, la mobilisation n’a pas été massive (pour connaitre les raisons, lire « Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs », un article publié sur le site « Rapports de force »). Pour autant, ce rendez-vous n’a pas été inutile pour les salarié·es, les sans-emplois et les retraité·es (car il a permis de montrer au gouvernement et au patronat que malgré le contexte sanitaire et social les organisations syndicales restent vigilantes)… et pour moi (car il m’a offert l’opportunité de prendre contact de visu avec Pascal, le militant de Solidaires avec lequel j’avais échangé quelques messages fin août suite à mon installation dans le Var) ! Continuer de lire Première manif dans le sud !

Petite vidéo sur les valeurs de l’Union syndicale Solidaires

Les syndicats de l’Union Solidaires défendent au quotidien les travailleuses et travailleurs. Cette action s’appuie sur des valeurs claires : anticapitalisme, écologie, féminisme, antiracisme, LGBT+, internationalisme, antifascisme. Qu’est-ce que cela veut dire ? Continuer de lire Petite vidéo sur les valeurs de l’Union syndicale Solidaires

Les vendredi 8 et samedi 9 mars à Lille pour les droits des femmes

Les luttes féministes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais cette égalité est loin d’être effective. C’est pourquoi le 8 mars – journée internationale de lutte pour les droits des femmes  – reste tout à fait d’actualité. Ce jour-là à Lille, un rassemblement unitaire aura lieu sur la place de la République de 12h30 … Continuer de lire Les vendredi 8 et samedi 9 mars à Lille pour les droits des femmes

Halte à la répression du mouvement social !

Mardi dernier à Genève, un groupe d’avocat·es français·es (dont Murielle Ruef, avocate pénaliste à Lille) a rencontré le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de réunion pacifique et lui ont présenté une série de témoignages recensés notamment dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Ces témoignages font état de violences policières, de dissuasions de manifester et d’arrestations préventives (notamment de street médics). Continuer de lire Halte à la répression du mouvement social !