Deux livres sur le FN à Hénin-Beaumont

couv-livre-nouvelles-du-frontNOUVELLES DU FRONT
La vie sous le FN : une élue de l’opposition raconte

Marine Tondelier, une jeune élue d’opposition (EELV) d’Hénin-Beaumont, nous raconte de l’intérieur ce Front National « dédiabolisé » confronté à l’exercice du pouvoir. Un témoignage essentiel qui permet de saisir comment le parti d’extrême droite administre ses communes. Ses armes principales : humiliations, vexations, intimidations et une stratégie parfaitement huilée pour étendre son pouvoir. Paru en mars 2017 – 224 pages – Éditions : Les Liens qui Libèrent

couv-du-livre-bienvenue-a-henin-beaumont

BIENVENUE A HÉNIN-BEAUMONT
Reportage sur un laboratoire du Front national

Un livre d’Haydée Sabéran * (224 pages) paru aux éditions La Découverte en février 2014 et “bien venu” pour mieux comprendre l’abominable implantation du FN à Hénin-Beaumont !

Texte de présentation extrait de la quatrième de couverture :

Sous l’œil des caméras, Hénin-Beaumont, au cœur du Pas-de-Calais, est devenu un symbole. Symbole de la désindustrialisation, tant ce territoire a été affecté par la crise du secteur minier et par des délocalisations qui, à l’image de Metaleurop en 2003 et de Samsonite en 2006, ont durablement marqué les esprits. Symbole de la faillite d’un Parti socialiste qui, jadis triomphant dans la région, est aujourd’hui embourbé dans les affaires judiciaires. Symbole de la progression électorale du Front national, au point que sa présidente, Marine Le Pen, tente depuis plusieurs années de faire de cette commune de 27 000 habitants son “fief”. Et d’élections, il en est beaucoup question à Hénin-Beaumont. Deux ans après le médiatique “duel Mélenchon-Le Pen” aux législatives de 2012, le dirigeant local du parti d’extrême droite, Steeve Briois, brigue la mairie en mettant en avant des slogans qui brouillent les lignes idéologiques traditionnelles. Après avoir fait de la ville le laboratoire de sa reconversion “sociale”, le FN en fera-t-il la vitrine de sa gestion municipale ? En se faufilant dans les usines, les cafés et les rayons des grandes surfaces, en nous accompagnant dans les familles, les salles de bal et les coulisses du conseil municipal, Haydée Sabéran redonne la parole aux habitants de la ville, trop rarement écoutés. Et raconte avec subtilité une histoire plus singulière qu’on ne pourrait l’imaginer.

Table des matières : cliquer ici

* Haydée Sabéran, journaliste lilloise, est aussi l’auteure de “Ceux qui passent” (Carnets Nord/Montparnasse, Paris, 2012).
Cet article, publié dans antifascisme, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s