La fascinante démocratie du Rojava

On parle beaucoup du Rojava, mais qu’en sait-on vraiment au-delà des clichés guerriers ? En 2017, les Éditions Noir & Rouge publiaient « Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique » écrit par Pierre Bance. En octobre 2020 sortira, de ce même auteur, « La Fascinante Démocratie du Rojava. Le Contrat social de la Fédération de la Syrie du Nord ». Alors que le premier livre s’attachait à expliquer le municipalisme libertaire et le confédéralisme démocratique, puis en recherchait la mise en application en Turquie et au Kurdistan de Syrie, ce nouveau volume se penche sur l’œuvre de la révolution du Rojava, et plus spécialement sur ses aspects idéologiques, juridiques et institutionnels. Continuer de lire La fascinante démocratie du Rojava

Mexique : 25 ans d’insurrection zapatiste au Chiapas

« Eldorado », l’événement culturel conçu cette année à Lille par l’association « Lille3000 », sera inauguré samedi 27 avril. Cette opération ayant pour thème le Mexique, j’en profite pour rappeler qu’une expérience autogestionnaire originale existe depuis 25 ans dans une partie du Chiapas (sud du Mexique). Pour en savoir plus, je vous propose la lecture de deux articles récents de Jérôme Baschet (historien français qui a longtemps été enseignant-chercheur à l’EHESS et qui enseigne actuellement à l’Université autonome du Chiapas). Lien du premier article : « 25 ans d’insurrection zapatiste, une forme de démocratie réelle, radicale ». Lien du second article : « Comment les zapatistes du Chiapas s’opposent aux grands projets nuisibles ». Enfin, compte-tenu de la révolte en cours aujourd’hui en France, écoutons Jérôme Baschet répondre à la question suivante : « le mouvement des Gilets jaunes est-il zapatiste ? » Continuer de lire Mexique : 25 ans d’insurrection zapatiste au Chiapas

Pour une société autogérée, égalitaire et fédéraliste

L’organisation de la société actuelle s’illustre par le schéma classique de la pyramide. Le sommet, détenteur de l’autorité, impose ses décisions à la base par l’intermédiaire d’échelons successifs d’agents exécutifs dont le pouvoir diminue au fur et à mesure qu’ils se rapprochent de la base. Contrairement à cette organisation hiérarchisée, une société autogérée et fédéraliste peut se schématiser sous la forme d’un cercle. Continuer de lire Pour une société autogérée, égalitaire et fédéraliste