Catalogne : résolution approuvée à l’unanimité le 19/10/2017 par le secrétariat de la Confederación General del Trabajo (CGT)

cgt_logo1Traduction en français :

Les événements politiques en Catalogne et la répression de l’État espagnol contre le peuple catalan nécessitent une position claire de la CGT.

  • La CGT est absolument opposée à l’escalade répressive mise en œuvre par le gouvernement de l’État espagnol contre la population de Catalogne et nous défendrons les personnes réprimées de notre classe, d’où que vienne la répression. De même, nous sommes opposés à la répression exercée par le gouvernement de la Generalitat de Catalogne.
  • La CGT défend toutes les libertés citoyennes, de réunion et de manifestation, de libre association, d’expression, le droit de grève, etc. Et elle soutient aussi le droit de décider sur tous les aspects de la vie, dans tous les territoires et sur toute la planète, ainsi que la démocratie directe comme formule pour la prise de décisions.
  • Nous respectons et défendons le droit à la diversité culturelle et sociale de chaque lieu, avec tout ce que cela implique dans la vie quotidienne des individus.
  • Nous défendons le droit à l’autodétermination de tous les peuples. Pour la CGT, l’autodétermination implique la capacité de tout décider sur tout, et cela doit se concrétiser par la pratique d’une réelle autogestion à tous les niveaux (économique, social, etc.)
  • La CGT ne soutient pas la création de quelque État que ce soit, ni sous forme de république ni sous aucune autre forme. La lutte contre tous les États figure dans les principes qui définissent la CGT et elle continuera à appuyer et aider à la disparition des États-nations.
  • La CGT défend l’autogestion de la société et la fin du système capitaliste.
  • La CGT ne va pas se laisser manipuler par le chantage et les manœuvres des classes politiques, catalanes, espagnoles, ni d’ailleurs ; nous savons que ça n’améliorera pas la situation d’exploitation de notre classe.
  • La CGT fait partie de la classe ouvrière et n’accepte pas de participer à des processus interclassistes de gestion territoriale avec ceux qui nous exploitent et nous répriment (lois Mordaza, opérations Pandora I et II, Piñata, expulsions violentes pendant le 15M (Indignés – 15 mai 2011), expulsions d’appartements (affectés des hypothèques), « réformes » du travail, article 155 de la Constitution, CETA, inculpations de syndicalistes pour avoir participé à des piquets de grève, montages policiers et juridiques, etc.) ; nous ne l’acceptons pas, parce que nous sommes une organisation de classe, autonome, fédéraliste, internationaliste, autogestionnaire et libertaire, ce que nous définissons comme anarcho-syndicaliste.
Source : site de la CGT espagnole
Sur le même sujet : communiqué commun CGT – CNT – Solidaridad Obrera

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s