Les origines de la Chandeleur

CrêpesJadis, beaucoup de fêtes étaient liées au cycle des saisons. Avec sa forme (ronde) et sa couleur (dorée), la crêpe confectionnée par les paysan·nes au début du mois de février symbolisait le disque solaire, source de lumière. En plein cœur de l’hiver, mais également à un moment où les jours s’allongent de plus en plus vite et où débutent les premières semailles de l’année, cette crêpe (cuisinée avec la farine excédentaire de l’année passée) représentait donc l’espoir en un retour rapide du soleil, gage de fertilité des terres agricoles. On peut faire remonter cette tradition à l’Antiquité. En effet, à cette époque, les Romains consommaient une galette de céréales en l’honneur de la déesse Proserpine. Quant aux Celtes, même si aucune habitude alimentaire associée symboliquement à cette période de l’année n’a été relevée par les historien·nes, ils/elles fêtaient néanmoins la déesse Brigid… maîtresse du feu et du soleil ! Afin de se faire accepter plus facilement dans les campagnes, les premiers chrétiens se sont très souvent calés sur le calendrier païen pour célébrer leurs propres fêtes. Avec la fête chrétienne de la Chandeleur, la représentation païenne du soleil est remplacée par l’enfant Jésus, reconnu par Saint Siméon comme la « lumière du monde », d’où la présence – dans les processions organisées à cette occasion par l’Église – de « candelae » (mot latin signifiant « chandelles » et qu’on retrouve dans la racine du mot français « Chandeleur »).

Deuxième origine possible de la Chandeleur : la fête des Lupercales organisée par la Rome antique aux environs du 15 février pour célébrer Lupercus, dieu de la fécondité et des troupeaux ! En effet, les Lupercales romaines et la Chandeleur chrétienne ont tous les deux une visée purificatrice (cette visée étant liée chez les chrétiens aux relevailles de la mère de Jésus).

Troisième origine possible (hypothèse extraite de l’article de Wikipédia consacré à l’histoire de la Chandeleur) : Longtemps en Europe, l’ours fut l’objet d’un culte qui s’étendit de l’Antiquité jusqu’au cœur du Moyen Âge. Les peuples germains, scandinaves et, dans une moindre mesure, celtes célébraient la sortie d’hibernation de l’animal vers fin janvier ou début février. […] L’Église catholique, ayant longtemps cherché à éradiquer ce culte païen, aurait institué à cette fin la fête de la Présentation de Jésus au Temple le 2 février. Cependant, les célébrations de l’ours et du retour de la lumière auraient retrouvé leur continuité lors de feux de joie et autres processions aux flambeaux. Ces coutumes auraient poussé le pape Gélase Ier à instituer au Ve siècle la fête des chandelles. Du XIIe au XVIIIe siècle, la Chandeleur fut appelée « Chandelours » dans de nombreuses régions (notamment les Alpes, les Pyrénées et les Ardennes).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s